Twilight T1, Stephenie MEYER

Titre : Twilight : FascinationIMG_1865

Auteure : Stephenie Meyer

Editeur : Le Livre de poche

Nombre de pages : 574

Prix : 8€90

 

RÉSUMÉ :

Pour laisser à sa mère la liberté d’accompagner son compagnon dans ses déplacements, Bella décide de quitter Phoenix et s’installe chez son père, chef de la police de Forks, petite bourgade de l’état de Washington. Au lycée, ses regards se portent sur Edward Cullen dont la beauté et le comportement la terrorisent et la fascinent. La passion qui naît entre eux ne peut que l’exposer à de nombreux dangers car Edward n’est pas un humain et elle le sait.

MON AVIS :

Avant de me juger, remettons les choses dans leur contexte : Vampire Diaries est ma série préférée de tous les temps et elle me manque terriblement (est-ce une honte, aussi ?), je viens d’avoir un gros blocage livresque avec le second tome de La Faucheuse et je suis presque fâchée avec la lecture. De plus, mes amies me harcèlent comme quoi c’est une HONTE de n’avoir jamais vu un film Twilight. J’ai besoin d’une lecture légère et qui me change complètement de l’univers de La Faucheuse, donc… Je me suis retrouvée avec le premier tome de Twilight dans mon panier.

JE SAIS que pour beaucoup d’entre vous, Twilight n’est que niaiserie et ne fait vraiment pas honneur à la littérature mais quitte à décrédibiliser complètement ce blog, je suis obligée d’admettre que j’ai a-do-ré ma lecture. Désolée…

J’étais pourtant partie avec la barre de préjugés TRÈS haute : style d’écriture faible, héroïne insupportable, histoire d’amour niaise à souhait, cliché… Mais ma curiosité et ma raison ne pouvaient s’empêcher de se dire que si cette saga était si mondialement connue, il devait bien y avoir une raison, non ? Vous n’allez pas me dire qu’on devient un « best-seller » avec une histoire plate et en carton (cette phrase est nulle mais vous en avez saisi le sens, ne dites pas le contraire) ? J’ai essayé de démarrer ma lecture en faisant abstraction de tous ces préjugés, comme si je lisais un livre inconnu qui vient de sortir. Et j’ai bien fait…

Pour ma défense (oui je vais passer cet article à me justifier), je corresponds exactement au public visé par ce bouquin : je suis une adolescente qui aime bien les histoires de vampires pas trop sanglantes avec une bonne dose de sentiments impossibles. Parce que oui, au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, les trois quarts de Twilight sont une romance et pas un remake de Dracula à notre époque ! Je ne m’attendais à rien de plus que ça, et c’est sûr que si vous partez avec l’idée de vouloir une bonne dose d’hémoglobine et de nuits blanches à vous demander si quelqu’un ne va pas venir planter ses dents dans votre cou, vous allez forcément être déçu.

En parlant de l’histoire d’amour, je m’attendais vraiment à du sucre, du caramel, de la praline ou quelque chose dans ce genre mais finalement, CE N’ÉTAIT PAS SI TERRIBLE QUE ÇA ! En comparaison, j’ai trouvé Nil beaucoup plus gnan-gnan que Twilight avec ses scènes dignes d’un téléfilm de l’après-midi sur TF1 ou M6. L’histoire entre Bella et Edward (sérieux je vais pas vous les présenter) ne m’a pas paru si irréelle et sucrée que ça et je me suis même beaucoup attachée aux personnages. Je vais même vous avouer que j’ai souri comme une idiote devant certains passages (même une damnation éternelle ne suffira pas à pardonner ça). Attention, je ne vous dis pas non plus que c’est pas un peu cul-cul la praline, mais pour une romance, c’est tout à fait correct.

Je tiens à rappeler que je n’ai pas vu le film adapté du livre et que peut-être celui-ci a contribué au mythe « Twilight = gnan-gnan »… N’hésitez pas à me donner vos avis dans les commentaires.

Alors voilà, je peux le dire après toutes mes excuses bidons que j’ai essayé de trouver : j’ai adoré Twilight. Le style de l’auteure ne va peut-être pas bouleverser la littérature mais il est fluide et agréable à lire, l’histoire est intéressante et j’avais toujours envie de tourner les pages plus vite. Bref, peut-être que si comme moi, vous placez vos attentes assez bas et oubliez vos préjugés, Twilight sera une bonne surprise et une agréable lecture !

MA NOTE : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Love & Gelato, Jenna EVANS WELCH

Titre : Love & Gelato7B301C9A-551D-4DE8-8CCB-5B62A4C647AE-5895-000003FE3AD92BF0

Auteure : Jenna Evans Welch

Editeur : Bayard

Nombre de pages : 400

Prix : 15€90

 

RÉSUMÉ :

Lina, 17 ans, dont la mère vient de mourir, part en Italie pour faire la connaissance de son père. Mais pourquoi ne lui a-t-elle jamais parlé de lui ?
À peine arrivée, Lina n’a qu’une envie : rentrer le plus vite possible aux États-Unis.
Puis elle rencontre Ren, un garçon de son âge, qui lui sert de guide, et elle se laisse peu à peu séduire par ce pays. Lina entreprend alors de lire le journal que sa mère tenait à l’époque où elle vivait à Florence et s’aperçoit que sa vie renfermait bien des secrets. En suivant ses traces, elle découvre une vérité bouleversante…

MON AVIS :

J’ai lu ce livre en juillet et il a été un superbe coup de coeur. Pourtant je n’ai même pas pris la peine d’en rédiger une chronique ! Feignasse le retour ? Il faut dire que je suis partie en vacances juste après l’avoir terminé et que je n’ai donc pas forcément eu le temps d’écrire mais ça n’excuse pas tout ! Je viens enfin vous parler de ce petit bonbon douceur qui m’a mise dans l’ambiance des vacances et qui m’a surtout donné envie de manger des glaces et de visiter l’Italie !

D’habitude, je ne suis pas trop « histoire d’amour vacances qui finit dans l’eau » (Vous avez saisi la référence à la chanson Un roman d’amitié d’Elsa ? Non ? Laissez tomber.) mais Love & Gelato me semblait différent avec sa sublime couverture et son résumé qui annonçait un séjour en Italie, pays que j’adore dans les romances depuis que j’ai vu Lettres à Juliette. Ne me jugez pas sur mes goûts cinématographiques, s’il vous plaît. Mais Love & Gelato s’est trouvé ne pas être une simple romance trop sucrée mais une vraie histoire parfaite pour l’été, touchante et passionnante !

Comme vous savez désormais que je suis une nullarde en résumés, je vais vous laisser lire l’officiel juste en haut de la page. Vous trouvez que je ne fais aucun effort ? C’est vrai. Bref, nous suivons Carolina (j’adore ce prénom) dite Lina qui part en Italie suite à la mort de sa mère pour aller vivre chez son père qu’elle n’a jamais connu, Howard. J’ai adoré le personnage de Lina, que j’ai trouvé réaliste et attachant. Elle rencontre par la suite Ren, un garçon que j’ai beaucoup aimé aussi. OK, j’aime tout le monde.

Mais l’intrigue est surtout rythmée par la lecture de Lina du journal de sa mère qu’elle tenait à l’époque où elle vivait en Italie, aux mêmes endroits que Lina. Je ne vous en dévoile pas trop pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir tous les éléments de l’histoire par vous-même comme je l’ai fait (c’est limite si j’ai lu le résumé avant de le mettre dans mon panier). J’ai même goûté le parfum de glace « stracciatella » que Lina adore pendant mes vacances et je vous le confirme : c’est divin.

J’ai hâte que l’autre livre de l’auteure, Love & Luck, soit traduit et publié en français car j’ai vraiment adoré son écriture. Pour l’été prochain, peut-être ?

Pour finir, je peux juste vous dire qu’une fois ce livre fermé, vous n’aurez qu’une envie : aller en Italie et manger des glaces !

MA NOTE : ❤️❤️❤️❤️❤️

Une petite citation :

Une vie sans amour, c’est une année sans été.

The Mortal Instruments T3, Cassandra CLARE

Titre : The Mortal Instruments : La Cité de verreIMG_1839

Auteure : Cassandra Clare

Editeur : PKJ

Nombre de pages : 624

Prix : 18€15

 

RÉSUMÉ :

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S’introduire dans la Cité sans l’autorisation de l’Enclave n’est pas sans danger…
Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union ? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?

MON AVIS :

Pour le deuxième tome de cette saga, j’étais tellement envoûtée par absolument tout que je n’avais même pas trouvé les mots pour écrire une chronique. (Bon OK, je n’avais peut-être pas fait beaucoup d’efforts mais ne me jugez pas s’il vous plaît…) Cette fois, j’ai encore plus adoré ce troisième tome et je vais au moins essayer d’écrire quelque chose de clair et concis (et ce n’est pas gagné au vu de ces premières phrases qui ne veulent déjà rien dire).

Pour commencer, je considère dorénavant The Mortal Instruments comme une valeur sûre. C’est-à-dire que lorsque je ne sais pas trop quoi lire et que j’ai envie d’être sûre d’apprécier un livre, je mets un des bouquins de la saga dans mon panier. Et ça me fait toujours du bien de retrouver Clary, Jace, Simon et tous les autres. Ils m’avaient sacrément manqué !

L’intrigue est toujours aussi passionnante et pleine de rebondissements et de révélations (bon OK je m’étais un peu spoilé en regardant la page Wikipédia de la saga mais ça ne m’a en rien gâché le plaisir de la lecture). On a envie de tourner les pages à toute vitesse et j’étais toujours frustrée de devoir lâcher mon bouquin pour aller vivre ma vie (par là j’entends aller au lycée…).

Les personnages sont toujours aussi bien développés et attachants même si j’aimerais voir encore plus Alec et Magnus. Je dois bien avouer que Clary est des fois un peu exaspérante mais je ne peux jamais lui en vouloir. Je ne veux pas trop vous en dire pour ne pas vous spoiler (je dis vraiment ça à chaque fois hein ?) mais j’ai aussi adoré Jace.

Le talent de Cassandra Clare n’est plus à prouver et j’ai désormais hâte de découvrir « Les Origines », la trilogie spin-off qui complète les trois autres tomes de l’histoire de Clary et Jace. Un peu compliqué, je sais, mais je suis sûre que le rendu doit être génial et les intrigues tout aussi passionnantes !

MA NOTE : ❤️❤️❤️❤️❤️

Pretty Dead Girls, Monica MURPHY

Titre : Pretty Dead GirlsIMG_1836

Auteure : Monica Murphy

Editeur : Lumen

Nombre de pages : 476

Prix : 15€

 

RÉSUMÉ :

Belles à tomber.
Parfaites en tout point.
Sauvagement assassinées.
Leur corps est apprêté avec méticulosité, disposé dans une position bien particulière. Leurs visages, parfaitement maquillés, sont tournés selon l’angle le plus flatteur, leurs vêtements coûteux brossés et défroissés. Seul leur cou ouvert d’une oreille à l’autre vient démentir ce tableau idyllique. Seul leur regard vide trahit la vérité : elles sont mortes et bien mortes.

Les filles les plus populaires du campus sont tuées les unes après les autres et la reine de la promotion, Penelope Malone, présidente du club qui les réunit, est terrifiée à l’idée d’être la prochaine sur la liste. La seule issue, pour elle ? Fouiner un peu, chercher qui peut bien être ce tueur en série qui menace la tranquillité de cette petite ville côtière de Californie, un havre de paix habité par certaines des plus grandes fortunes du pays. Ses soupçons se portent d’abord sur Cass Vicenti, d’autant qu’il était étrangement proche de certaines des victimes malgré son statut de nerd de service. Mais échapper au tueur va demander à la jeune fille de se faire beaucoup, beaucoup plus maligne qu’elle ne le pensait…

Belles à tomber. Parfaites en tout point. Sauvagement assassinées. Le meurtrier ne sera satisfait que quand toute l’aristocratie qui règne sur le lycée sera passée au fil du couteau – à commencer par Penelope. Et le coupable est plus près d’elle qu’elle ne le croit ! Monica Murphy joue avec les nerfs de la jeunesse dorée californienne dans ce thriller parfaitement ficelé.

MON AVIS :

Si ma lecture du cinquième tome du Pays des Contes s’est révélée assez désastreuse, j’ai merveilleusement bien rebondi avec Pretty Dead Girls qui s’est avéré être un coup de coeur ! J’étais pourtant presque dégoûtée de la lecture après le Pays des Contes (non vous ne rêvez pas j’étais vraiment déprimée) et j’ai entamé ce nouveau bouquin sans grande attente, presque battue d’avance. Mais quand j’ai retrouvé l’ambiance lycée américain que j’adore et que l’intrigue de Pretty Dead Girls a commencé à m’emporter, je n’ai plus pu m’arrêter !

Nous suivons les aventures de Penelope, une jeune lycéenne populaire et assez typique des clichés de « hit girl » des lycées américains : cheerleader, bonne élève, présidente de l’association caritative de son lycée… Bref, apparemment rien de bien spécial. Sauf que dans la petite vie bien réglée et calculée de Penelope, un meurtre est commis ! Une de ses amies (enfin moyen-moyen niveau amie) est retrouvée morte et personne ne sait qui l’a tuée. D’autres meurtres se succèdent jusqu’à ce que Penelope se rende compte qu’elle est peut-être en danger et qu’elle a intérêt à démasquer le tueur avant que son tour ne vienne… Voilà le genre de pitch que personnellement j’adore, dans le même courant que A Good Girl et Qui ment ?.

L’auteure nous tient en haleine tout au long du roman et je n’ai démasqué le tueur que très tard, presque en même temps que l’héroïne. Bon OK, je ne suis peut-être vraiment pas douée pour résoudre les enquêtes dans mes bouquins mais bon… Je me laisse prendre au jeu ! J’aurais aimé qu’il y ait plus de chapitres sous le point de vue du tueur car ils étaient vraiment intriguants et glaçants ! J’en analysais presque chaque mot pour essayer de trouver quelconque indice quant à son identité mais rien ! Le style d’écriture de l’auteure est également superbe, agréable et facile à lire.

Même si au début ce n’était pas gagné, je me suis vraiment attachée à Penelope et on constate une vraie évolution entre le début du roman et la fin. Mon petit chouchou est Cass, pour lequel j’ai vraiment craqué. OK, je craque souvent pour les garçons que je rencontre dans mes livres mais c’est comme ça. Les autres personnages secondaires ne m’ont pas particulièrement marqué, en partie car je me méfiais de tout le monde et que je soupçonnais n’importe qui d’être le tueur. Après A Good Girl et sa fin tordue je suis devenue parano…

En bref, un coup de coeur qui m’a entrainée dans sa palpitante intrigue et qui m’a tenue en haleine jusqu’au bout !

MA NOTE : ❤️❤️❤️❤️❤️

Le Pays des Contes T5, Chris COLFER

Titre : Le Pays des Contes : l’Odyssée imaginaireIMG_1806

Auteur : Chris Colfer

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 391

Prix : 16€95

 

RÉSUMÉ :

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre.
Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

MON AVIS :

Si je devais donner un titre autre que le titre du livre à cet article ce serait : comment j’ai flingué mes chances de faire un record de lecture cet été. Mais vraiment. Parce que ce cinquième tome d’une saga qui n’avait été jusque-là que pur coup de cœur pour moi s’est avéré proche d’une déception. J’ai mis au moins trois semaines à le terminer… Autopsie d’un roman qui sans être mauvais, met carrément en pause l’intrigue de la saga et ne la fait pas avancer d’un chouïa.

J’étais pourtant dans le climat parfait pour adorer ce bouquin. Comme ça faisait deux ans que j’avais lu les quatre premiers tomes de la saga et qu’ils n’étaient donc pas tous frais dans ma mémoire, je les ai tous relus (une première pour moi) et je dois avouer que j’ai quasiment retrouvé le même plaisir que lors de ma première lecture (même si je dois bien avouer que les héros ont une chance de fada et qu’ils s’en sortent assez facilement à chaque fois ce que je n’avais pas trop remarqué il y a deux ans, mais ça, c’est une autre histoire). J’ai donc commencé ce cinquième tome avec joie et optimisme mais mon enthousiasme a baissé au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture…

On ne peut clairement pas dire que ce livre soit mauvais. Mais je ne peux pas non plus dire qu’il est une absolue merveille qui révolutionne la saga et lui fait prendre un tournant palpitant ou quoi que ce soit d’émoustillant dans ce genre… Tout d’abord, le majeur problème de ce tome est qu’il nous transporte dans les histoires de Conner où il a créé ses personnages sur le modèle de ses amis du monde des contes de fées : Rouge, Boucle d’or, Jack, etc… Sauf qu’on ne voit pratiquement pas les « vrais » personnages que l’on a l’habitude de voir et auxquels nous nous sommes attachés ! Parce que très honnêtement, je suis bien plus attachée aux personnages secondaires qu’à Alex et Conner… Ils ne m’ont rien fait mais je préfère les personnages des contes de fées à eux.

Aussi, ce tome cinq est à peu près calqué sur le modèle du quatre, c’est-à-dire avec le voyage de Conner et Alex à travers différents univers autres que celui du monde des contes de fées. Et je vais peut-être être chiante avec ça mais JE PRÉFÈRE LE MONDE DES CONTES DE FÉES AUX AUTRES MONDES !!!!!! Voilà c’est bon c’est dit c’est passé… **souffle un bon coup et reprend ses esprits** Bref, l’histoire des personnages secondaires habituels n’avance pas, pas plus que celle des principaux même si un des méchants voit son compte réglé mais bon…

Malgré tout, j’ai quand même passé un bon moment (c’est moi où je dis ça à chaque chronique ?) et je ne peux nier que même si ce cinquième tome ne remplit pas complètement son job, il reste une lecture agréable avec le style de l’auteur toujours aussi fluide et facile à lire. J’espère que le dernier tome de la saga apportera plus de surprises !

MA NOTE : ⭐️⭐️⭐️

Le Faiseur de rêves T1, Laini TAYLOR

Titre : Le Faiseur de rêvesIMG_1793

Auteure : Laini Taylor

Editeur : Lumen

Nombre de pages : 670

Prix : 16€

 

RÉSUMÉ :

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…
Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

MON AVIS :

Un presque coup de coeur. OK, vous allez dire que je suis chiante et difficile, que j’écris dans la suite de cette chronique que ce bouquin est une quasi-perfection, que je suis perturbée mentalement mais… ce n’est pas un coup de coeur. Pourtant, Le Faiseur de rêves a cumulé tellement de points positifs que je me suis presque sentie obligée de lui attribuer la note de 20 sur Livraddict, mais non, j’ai mis 19.

Tout d’abord, je n’étais pas attirée de fada par ce livre (j’ai l’impression d’écrire ça à chaque article) mais j’ai lu plein de super avis positifs et comme je suis incroyablement influençable, j’ai adopté ce nouveau petit copain. Et j’ai eu raison !

Bon OK, le début ne m’a pas emballée de fada (encore ce mot). Un peu comme avec The Curse, j’étais un peu perdue et j’avais du mal à me représenter l’univers et le contexte de l’histoire. Mais ce que j’ai adoré et ce qui je pense, m’a aidée à accrocher à l’intrigue, c’est le côté « récit conte de fées ». Rassurez-vous, je ne dis pas qu’il y a un prince charmant sur son beau cheval blanc et une demoiselle en détresse qui croque une pomme empoisonnée, mais juste que l’auteure a un style très particulier qui donne l’impression que cette histoire nous est contée comme un vieux conte populaire. (Je me suis un peu auto-embrouillée, j’espère que vous avez compris).

Passé le début que j’ai trouvé un peu lourd et une fois l’intrigue un minimum installée, j’ai pu me plonger complètement dans le monde de Lazlo, le personnage principal. Bien qu’au début il m’ait semblé un peu fadasse et sans grand intérêt, j’ai quand même réussi à l’apprécier davantage au fil des chapitres. J’ai trouvé Lazlo très différent des personnages masculins habituels : il n’est pas spécialement fort, est timide, mais il est surtout incroyablement gentil et n’a pas une once de méchanceté en lui. C’est cette bonté qui le rend attachant et si atypique.

L’intrigue de l’histoire met comme je l’ai dit plus tôt, un peu de temps à s’installer mais une fois dedans, on ne peut plus lâcher le bouquin. D’incroyables mystères agrémentent l’histoire et tout est si mystérieux qu’on se pose des tas de questions tout le temps et j’ai adoré ça. L’auteure prend aussi le temps de développer ses autres personnages que je ne vais pas vous dévoiler pour vous laisser l’entier plaisir de les découvrir par vous-même comme je l’ai fais.

Bref, un presque coup de coeur pour Le Faiseur de rêves !

MA NOTE : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Blogueuse la plus feignasse de l’univers…

Non, je ne suis pas morte. Cela fait juste presque deux mois que je n’ai rien posté mais je ne suis pas morte. Juste au cas où vous seriez inquiets.
Mon absence s’explique par plusieurs petites choses qui au final, font que le temps que je consacre à mon blog et à mon compte Bookstagram est fortement réduit.

Tout d’abord, je suis en pleine relecture de la saga « Le Pays des Contes ». Le sixième et dernier tome est sorti cette année et je n’ai même pas lu le cinquième… Honte à moi, moi qui adore cette série et qui en plus, ai oublié la moitié de l’intrigue et des personnages (sauf ma chère Rouge). Pour ne pas gâcher ces deux derniers tomes et les apprécier au maximum avant de quitter leur univers magique, j’ai décidé de relire intégralement la saga. Et j’ai bien fait car effectivement, hormis quelques événements majeurs, j’avais vraiment tout oublié et j’ai presque eu l’impression de découvrir, comme si c’était la première fois, les quatre premiers tomes. Pour information, j’ai presque terminé le quatrième.

Comme je suis la pire feignasse de l’univers, je n’ai pas jugé utile d’écrire une chronique pour chacune de ces relectures.

Deuxièmement, avant de me lancer dans Le Pays des Contes, j’ai lu le second tome de The Mortal Instruments et j’ai tellement adoré ma lecture que je n’arrivais pas à écrire une chronique construite et pertinente (chaque phrase commençait par « ce coup de coeur incroyable » ou « cette lecture magique »). J’ai donc abandonné l’idée d’écrire cette chronique. Quand je vous dis que je suis une feignasse…

Ah oui ! Autre élément (principal) de mon absence : Fortnite. Pas de commentaires.

Finalement, cela ne me fait pas tellement de raisons valables mais je compte bien me rattraper en vous chroniquant le cinquième et le sixième tome du Pays des Contes, Le Faiseur de Rêves que je vais lire prochainement, ainsi que trois films que j’ai vus récemment.

À très vite et merci de pardonner ma fainéantise !